Set Regional Preference
Required Field*
Set geographic preferences to highlight topics of greatest interest of you, written in your base currency.
 




 
 










Aon Retirement and Investment Blog

Une approche holistique des placements dans les actions

Solutions de rechange pour les actions : Tirer profit des compétences
Nous avons longtemps été en faveur de mandats étendus de gestion active dans le cadre desquels les investisseurs institutionnels laissent beaucoup de latitude aux gestionnaires. Nous avons examiné de plus près cette notion lors de nos récentes recherches et avons trouvé que les structures de rémunération incitative (où les intérêts du gestionnaire et ceux du client sont mieux alignés) améliorent encore davantage les chances que le gestionnaire obtienne des rendements supérieurs à ceux de l’indice de référence. Il est désormais largement admis que les rendements obtenus par un gestionnaire moyen d’actions traditionnelles seront inférieurs à ceux générés par un portefeuille de référence bien construit. Cependant, un nombre grandissant de nouvelles études indiquent que les rendements des placements privés sont supérieurs à ceux des indices de marchés boursiers ajustés selon le risque, et que les rendements des fonds de couverture sont supérieurs à ceux des portefeuilles de référence personnalisés de style multi-actifs à long terme, et après comptabilisation des frais et des coûts de négociation (qui sont considérablement plus élevés que ceux des portefeuilles traditionnels d’actions actives).
 
Bien que nos recherches ainsi que d’autres indiquent que seule une faible minorité (environ 2 %) des actions traditionnelles ont des feuilles de route qui démontrent, sur le plan statistique, que les compétences influencent le rendement, une analyse similaire appliquée aux fonds de couverture indique que le pourcentage correspondant en ce qui a trait à l’influence des compétences est de 50 %. Une étude distincte* révèle que les rendements des fonds de couverture d’actions long/court dépassent ceux du marché des actions, après comptabilisation de leurs distributions de rendements irrégulières (non illustrées par une courbe en forme de cloche), qui pourraient rendre les mesures traditionnelles du rendement inappropriées. D’autres chercheurs ont trouvé des preuves considérables que les compétences, plutôt que la chance, amélioraient continuellement les rendements à long terme des fonds de placement privés (bien qu’ils aient également déterminé qu’il soit difficile d’évaluer les compétences à l’avance).

Placements non traditionnels : Que signifie un nom?
Les actions non traditionnelles sont des placements en actions dont les méthodes de mise en œuvre varient largement. L’approche holistique des placements en actions combinés aux placements non traditionnels tient compte de cette réalité. Lorsqu’on applique l’approche holistique, les placements, qu’il s’agisse de placements traditionnels ou non traditionnels, d’actions de sociétés ouvertes ou de capital-investissement, de positions acheteur seulement ou acheteur/vendeur, sont intégrés à leurs catégories d’actif naturelles. 



L’intégration des placements en actions non traditionnels dans la catégorie élargie des actions offre plusieurs avantages aux investisseurs institutionnels – elle: 

  • reconnaît leur vraie nature : placements en actions exposés à des risques qui sont courants pour les actions traditionnelles;
  • accorde moins d’importance à l’utilisation d’hypothèses de rendement et aux questions entourant les résultats moyens par rapport aux résultats réels, et met plutôt l’accent sur les facteurs liés aux aptitudes des investisseurs. Les investisseurs qui n’ont pas d’aptitude pour les placements non traditionnels sont moins pressés de s’exposer à ces « catégories d’actif », tandis qu’il pourrait être plus facile pour les investisseurs qui ont accès aux compétences et à d’autres facteurs d’y allouer une plus grande proportion du portefeuille;
  • permet aux meilleurs gestionnaires actifs de concurrencer côte à côte pour attirer les investisseurs, que ce soit pour des positions acheteur seulement ou acheteur/vendeur, ou des placements publics ou privés, et peut améliorer l’efficience et l’efficacité des équipes de recherche de gestionnaires grâce à un meilleur partage de l’information liée à l’ensemble des occasions de placement;
  • permet davantage de flexibilité à long terme pour la répartition parmi les placements en actions  traditionnelles et non traditionnelles, répartition qui est particulièrement importante lorsque les positions acheteur/vendeur sur actions sont utilisées comme un seul mécanisme pour exprimer des opinions sur le marché dans son ensemble, et lorsque les stratégies franchissent les lignes de démarcation entre capital-investissement et fonds de couverture.

Puisque les placements sous-jacents, qui sont les principaux facteurs de rendement, et les rôles des portefeuilles sont semblables ou identiques, l’argument voulant que les actions non traditionnelles et traditionnelles soient des moyens différents d’obtenir une exposition à des catégories d’actif similaires est solide. Ainsi, répartir ou non l’actif dans ces catégories et dans quelle proportion est un exercice de structure qui ressemble au choix entre gestion active/passive pour les catégories d’actif traditionnelles que la majorité des investisseurs ont déjà fait.

Investir ou non, et combien : Facteurs d’évaluation
Grâce à une analyse qui tient compte des besoins actuels et futurs, on peut déterminer la proportion de liquidités qu’un portefeuille doit détenir. L’analyse indique la répartition maximale dans des placements moins liquides qui peut aisément se retrouver dans un portefeuille. La souplesse organisationnelle s’entend de la capacité de saisir rapidement les occasions de placement qui se présentent au cours d’une période restreinte; d’investir, lorsqu’il convient de le faire, dans des catégories d’actif attrayantes mais sujettes aux risques liés aux titres de la presse; et de tolérer le coût plus élevé des actifs non traditionnels ainsi que les périodes inévitables de piètres rendements que même les gestionnaires aguerris et les portefeuilles habilement construits affronteront. L’accès aux meilleurs fonds est important pour les placements à capacité réduite, et l’investisseur l’obtient souvent grâce à sa volonté de tisser des liens avec des gestionnaires qui commencent par de petites positions qu’ils développent sur de nombreuses années.

La confiance, qui est liée à la tolérance au risque, veut dire être capable, sur le plan organisationnel, et en ayant confiance en ses compétences, de tolérer des risques de placement considérables qui, en général, sont souvent sans compensation. Contrairement au risque du marché, qui à long terme rapporte une prime même à l’investisseur passif, le risque actif est seulement compensé par de meilleurs rendements pour les sélecteurs de gestionnaires compétents qui réalisent des rendements excédentaires, alors que d’autres investisseurs actifs moins compétents obtiennent des rendements plus faibles. La taille appropriée veut dire qu’une organisation est de taille suffisante pour répartir adéquatement ses actifs dans des placements non traditionnels diversifiés, sans qu’elle soit d’une importance telle qu’elle soit forcée « d’acheter le marché ». Finalement, la compétence est une caractéristique qui est difficile à quantifier, parfois difficile à déceler, mais d’une importance capitale, qui consiste à être en mesure de systématiquement identifier à l’avance les gestionnaires qui se placeront dans le premier quartile. Les investisseurs dont les stratégies très actives sont réussies doivent posséder la « compétence de reconnaître la compétence », ou être en mesure d’y accéder en ayant recours à des conseillers externes.

Transformer les idées en action
Que devraient faire les investisseurs maintenant? Commencez par analyser si les placements actifs vous conviennent et tenez compte de leur incidence sur l’ensemble de votre portefeuille. Êtes-vous un investisseur axé sur les opportunités de placement, à qui conviennent particulièrement les placements complexes et très actifs, y compris les fonds de couverture d’actions et le capital-investissement? Ou êtes-vous un investisseur axé sur l’efficacité, qui recherche la diversification fiable et à faible coût d’un portefeuille cible prudemment construit? Il est possible pour les investisseurs qui ont recours à de l’aide externe de mieux s’adapter à une importante répartition dans des placements en actions non traditionnels, et ce, en ayant accès à des compétences supérieures en matière de sélection de gestionnaires et aux meilleurs fonds, en étant souples grâce à la délégation de la surveillance des placements, et en ayant confiance que le risque actif qu’ils prennent est susceptible d’être bien récompensé.

Nous recommandons aux investisseurs à qui conviennent les placements dans les actions non traditionnelles, mais qui actuellement n’investissent pas dans les fonds de couverture d’actions ni dans les placements privés, d’envisager d’ajouter ces stratégies à leur programme. Les investisseurs devraient également intégrer leurs investissements actuels et futurs dans des fonds de couverture d’actions et des placements privés à leurs actions de sociétés ouvertes mondiales, et ce, dans une même catégorie d’actif, et faire rapport à leurs parties prenantes du rendement du portefeuille combiné et de ses composantes. L’ajout d’actions non traditionnelles peut augmenter la croissance du portefeuille dans un contexte de faibles rendements des marchés financiers et limiter le risque de baisse du cours des actions. Il s’agit d’une façon de reconnaître que les placements non traditionnels sont devenus des composantes essentielles et attrayantes d’une stratégie globale en matière d’actions. Le portefeuille d’actions qui en résulte pourrait avoir un indice de référence d’actions de sociétés ouvertes mondiales, et comporter une prime d’illiquidité et un risque de marché plus élevé, comme c’est le cas actuellement pour les portefeuilles de capital-investissement (qui seraient maintenant intégrés à l’ensemble des actions).

Nous reconnaissons que la combinaison d’actions de sociétés ouvertes et de capital-investissement dans une seule catégorie d’actif peut, en raison de l’illiquidité de ce dernier, représenter un trop grand pas en avant pour certains investisseurs en ce moment. Pour ces investisseurs, nous suggérons de créer une catégorie d’actif « croissance », avec une politique de répartition cible et des fourchettes de répartition qui lui sont propres, qui engloberait toutes les formes d’actions, soit les actions de sociétés.
 
Les investisseurs institutionnels continuent de progresser dans leur recours à la gestion active à mesure que leurs besoins, et les réalités du marché, évoluent. L’intégration de ce que nous appelons actuellement les placements non traditionnels dans les stratégies ordinaires de gestion active pourrait être la prochaine importante étape à franchir.

Mike Sebastian est associé et membre du Aon Center for Innovation and Analytics à Singapour.
 
*Bali, Turan G., Brown, Stephen J. et Demirtas, K. Ozgur, Do Hedge Funds Outperform Stocks and
Bonds? (20 septembre, 2012)

Les renseignements figurant ci-dessus sont destinés à des fins d’information générale et ne doivent pas être considérés comme une source de conseils juridiques ou de placement. Veuillez consulter votre conseiller indépendant pour obtenir de tels conseils. Le contenu du blogue est destiné aux investisseurs professionnels seulement.

The information contained above is intended for general information purposes only and should not be construed as legal or investment advice. Please consult with your independent professional for any such advice. The blog content is intended for professional investors only.


Share:Add to Twitter Add to Facebook Add to LinkedIn   Print